INTERVENTION d’ ISABELLE MERAND  » PROGRAME D’ ACTIONS EDUCATIVES « 

0 comments

 

 

Isabelle  MERAND est intervenue à la clôture du programme d’actions éducatives « Histoire et mémoires : Shoah ».

Le Mercredi 4 mai 2016 – Hôtel de Région à Nantes

 

 

Programme d’Actions Educatives

« Histoire et mémoires : Shoah »

Mercredi 4 mai 2016 – Hôtel de Région à Nantes

Isabelle MERAND

Bonjour à toutes et à tous,

Quelle émotion de m’exprimer devant vous aujourd’hui sur ce

sujet.

Et tout particulièrement devant vous, Mme KOLINKA, et vous

Mr PERAHIA. Je vous remercie profondément de votre présence et de

votre implication dans l’aboutissement de ce projet pédagogique

citoyen.

Je tiens ensuite à vous dire un grand « MERCI » à vous, les

jeunes, car nous lançons ensemble un signal fort et déterminé de

lutte contre «  les fanatiques, les amorphes et les indifférents ».

Il y a de cela un peu plus de 70 ans, le monde découvrait

l’horreur de la « solution finale », traduit par un mot : Shoah ! 6

millions de femmes et d’hommes tués parce que juifs, tziganes,

homosexuels ou encore handicapés, parmi lesquels 1,5 millions

d’enfants.

En allant sur le site des camps d’Auschwitz-Birkenau, vous avez

été voir de vos propres yeux ce qu’a été l’horreur des camps afin de

raconter à vos camarades, vos amis, à vos proches que tant

d’hommes et de femmes ont souffert.

Alors, il nous faut nous souvenir et se servir du passé pour

construire notre futur et celui de nos enfants. Ceci commence par le

devoir de mémoire, une obligation ardente de se souvenir des causes

et des conséquences de cette horreur. Une obligation d’intégrer les

valeurs morales de tolérance, de fraternité, de laïcité pour pouvoir

ensuite les transmettre aux générations à venir.

Ces valeurs chèrement défendus et courageusement recouvrés

doit nous interroger sur le présent. Que penseraient les femmes et

les hommes d’hier qui se sont battus pour ces mêmes idées, en

voyant ce que le monde vit aujourd’hui ? Nous ne sommes pas en

situation de paix, avec un ennemi commun : le terrorisme.

Ainsi, en posant un regard lucide sur notre passé, nous

pourrons peut être éclairé notre présent et dire NON au terrorisme

qui doit être pourchassé sans concession et sans relâche aucune,

parce qu’il est un crime, contre tous les citoyens Français, un crime

contre la République et plus largement contre l’Humanité.

Primo Levi écrivait :

« N’oubliez pas que cela fut,

Non, ne l’oubliez pas :

Gravez ces mots dans votre cœur,

Pensez-y chez vous, dans la rue,

En vous couchant, en vous levant,

Répétez-les à vos enfants »

29 ans après sa mort, avec cette journée, vous lui dites : nous

n’oublions pas !

                                                               Isabelle  MERAND

————————————————————————-

 

Isabelle  MERAND est intervenue à la clôture du programme d’actions éducatives  « Donner de la voix pour trouver sa voie »

Mardi 3 mai 2016 – Théâtre GRASLIN à Nantes

 

Programme d’Actions Educatives

« Donner de la voix pour trouver sa voie »

Mardi 3 mai 2016 – Théâtre GRASLIN à Nantes

Isabelle MERAND

Bonjour à toutes et à tous,

Tout d’abord, je tiens à vous remercier d’avoir participé à cette journée sur le

thème du langage et de l’oralité.

Et puis le lieu s’y prête ! Ce n’est pas un endroit neutre, c’est un lieu plein

d’histoire et surtout un lieu d’expression !

Ensuite, je souhaite saluer votre implication dans la préparation de ce projet.

Le résultat parle de lui-même !

En effet, je ne vous cache pas mon admiration envers les différentes

prestations que j’ai pu voir aujourd’hui, et notamment sur votre créativité.

Votre voix ne s’est pas seulement exprimée par la parole, mais aussi par la

musicalité ou encore la gestuelle.

J’ai aussi été très sensible à la qualité de vos prestations. Vous avez su donner

de la voix !

Par laquelle, j’ai d’abord vu une jeunesse passionnée, s’exprimant en

présentant avec fierté sa future profession, mais pas seulement !

J’ai aussi vu une jeunesse de conviction.

Vous vous êtes exprimés en défendant des valeurs qui vous tiennent à cœur,

que je partage moi-même, la Solidarité, l’Ecoute, la Tolérance, l’Entraide et plus

largement celles du vivre-ensemble, du mieux-vivre ensemble !

Si je dois tirer une seule chose de cette journée : c’est que par votre voix, vous

avez exprimé un même message, celui de l’épanouissement de chacun dans le

respect des différences et plus largement de l’autre.

Et pour cela, je suis fière de vous, la jeunesse ligérienne, et que la Région ait pu

contribuer à cette action.

Pour clôturer, je saisis ce moment pour saluer l’ensemble des personnes qui

ont accompagné les jeunes aujourd’hui, les comédiens et metteurs en scène

ainsi que les professeurs et les inspecteurs du Rectorat.

Merci à vous.

Isabelle MERAND

 

————————————————————————-

 

 

Isabelle  MERAND est intervenue à l’ouverture  du programme d’actions éducatives « Histoire et mémoires des traites de l’esclavage et de leurs abolitions »

Lundi 9 mai 2016 – Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes

 

Programme d’Actions Educatives

« Histoire et mémoires des traites de l’esclavage et de

leurs abolitions »

Lundi 9 mai 2016 – Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de

Nantes

Isabelle MERAND

Mesdames, Messieurs,

En cette veille de la journée commémorative de l’abolition de

l’esclavage, je voudrais d’abord saluer tous les lycéens et apprentis

de notre Région des Pays de la Loire ainsi que leurs enseignants, qui

ont ensemble travaillé beaucoup et intelligemment sur le sujet de

l’esclavage, et qui vont nous restituer aujourd’hui leurs travaux.

Cette restitution est d’abord l’aboutissement d’un travail

pédagogique riche, pour lequel vous avez travaillé en vous appuyant

sur des ouvrages et des archives et êtes allés à la découverte des

lieux d’histoire et de mémoire de Nantes. Pour les non-Nantais, je

salue votre travail complémentaire, notamment sur la thématique de

l’esclavage moderne, incontournable dans cette journée.

Elle est aussi l’aboutissement d’un projet citoyen ambitieux, à travers

la promotion du devoir de mémoire et la transmission aux

générations futures.

Et plus largement, c’est un projet humaniste, pour la liberté, pour la

tolérance et contre toute forme de toute discrimination !

En ce sens, je tiens particulièrement à saluer, Isabelle BONI CLAVERIE,

aujourd’hui à nos côtés, pour son travail de scénariste et réalisatrice

du film « Trop noire pour être française » et plus largement pour son

combat.

Durant plus de 2 siècles, des hommes, des femmes et des enfants ont

été de manières violentes et brutales, arrachés à leurs terres natales

et convoyés dans les cales des bateaux "négriers" dans des conditions

inhumaines, destinés à l’esclavage et forcés de travailler dans les

mines, les champs, les maisons, les plantations du « nouveau

monde », lorsqu’ils n’étaient pas réduis en esclaves sexuels.

Être dans ce lieu face à la Loire n’est pas neutre. En effet, sur cette

même Loire, Nantes fut le premier port négrier français au 18e siècle

parmi les nombreux ports européens qui se sont livrés à la traite

négrière entre le 15ème et le 18ème siècle.

Et ce n’est qu’en 1794, que la 1 ère République eut l’honneur d’abolir

l’esclavage dans les colonies françaises. Rétabli par le Consulat en

1802, il fut définitivement aboli le 27 avril 1848, à l’initiative de Victor

SCHOELER.

La grandeur d’un territoire est d'assumer, d'assumer toute son

histoire. Avec ses pages glorieuses, mais aussi avec sa part d'ombre.

Et de cette tragédie, nous devons apprendre. Ainsi, en posant un

regard lucide sur notre passé, comme vous le faites aujourd’hui, nous

pourrons peut être éclairé notre présent et dire NON à toute forme

d’esclavage.

En effet, le combat contre l'asservissement reste un combat

d'aujourd'hui. Plus de 20 millions de personnes de tout continent

sont toujours victimes de travail forcé, avec un nombre considérable

d’enfants.

Toutes formes d’asservissement comme la prostitution ou encore les

mariages forcés, doivent être pourchassées sans concession et sans

relâche aucune, parce qu’elles sont un crime contre la liberté et plus

largement contre l’humanité.

Victor SCHOELER disait, que par l’abolition de l’esclavage « La

république n'entend plus faire de distinction dans la famille humaine.

Elle n'exclut personne de son immortelle devise : liberté – égalité –

fraternité».

Pour moi, ce projet pédagogique, que vous avez accompli, participe

certes au devoir de mémoire et de transmission mais aussi, comme je

vous l’ai déjà dit, plus largement au combat pour la liberté, pour la

tolérance et contre toute discrimination !

Pour cela, je souhaite vous dire un « GRAND MERCI »!

Bonne journée !

Isabelle MERAND

 

 

 

 

Share This: